En feuilletant mon vieux Tilt nº26, je suis retombé sur un article qui m’avait marqué il y a vingt ans de cela. C’était dans la rubrique « Cher Tilt », il y avait un jeune homme passionné de jeux vidéo qui avait écrit au magazine pour nous faire partager ses 12 jeux favoris sur Commodore 64. Alors pourquoi cet article m’a autant marqué, tout simplement pour la patience et l’excellente présentation de son article, tout y était screenshot, résumé ponctuation détaillée et cela pour chaque jeux. Un travail de titan mais surtout de passionné.
spielberger

Donc l’autre jour en relisant cet article, j’ai cherché sur le net pour voir ce qu’était devenu ce jeune passionné et bien figuré vous que je l’ai retrouvé grâce à son site :

http://spielberger.free.fr

Il est un de nos écrivains national, d’ailleurs je vous recommande grandement deux de ces livres que vous trouverez en vente sur son site ou dans n’importe qu’elle librairie ou site de vente online :

Otto le puceau :

Otto

http://spielberger.free.fr/romans/otto2.html


La vie triée :

la_vie

http://spielberger.free.fr/romans/lavie2.html


Et en plus d’être un grand écrivain et peintre il est encore bien passionné de jeux vidéo et a été très sympathique en m’accordant une interview exclusive :

1-      Tout d’abord je tiens à te remercier de bien vouloir m’accorder cette interview.

Tout le plaisir est pour moi.

2-      - Lorsque j’ai vu sur le net que tu étais écrivain, peintre et créateur de films d’animation, je me suis tout de suite posé cette question : comment peut on devenir un tel artiste après avoir été un adolescent fan de jeux vidéo ? en général on devient informaticien ou quelque chose dans le genre non ?

Les jeux-vidéo et l’informatique ont toujours été pour moi des moyens d’expression, et non des fins en soi. À l’époque, je créais déjà… des jeux vidéo ! En basic tu vois le genre, rudimentaire et assez fastidieux mais en même temps, quel pied quand on tapait RUN et qu’un univers original, inventé de toutes pièces, prenait forme sur l’écran en gros, en très gros pixels !

3-      - Les jeux vidéo ont ils été une source d’inspiration dans tes écritures ?

Pas réellement, mais ils m’ont bel et bien permis d’éprouver pour la première fois le frisson du créateur qui mène une œuvre à son terme, et  ensuite, des années après (même si j’avais déjà écrit mon premier roman à l’âge de 15 ans), l’écriture allait reprendre le même schéma : le besoin de s’exprimer, de composer une histoire, une aventure à partager avec les autres.

4-      -  J’ai cru comprendre que ton premier ordinateur a été un VIC 20, le petit frère du Commodore 64, et ensuite quels ont été tes acquisitions ?

Après le C64 ce fut l’Apple //c, puis une machine à écrire électronique, car j’avais envie d’imprimer correctement mes textes et à cette époque, les imprimantes n’étaient que « matricielles », ensuite retour à l’informatique avec un Mac Plus et ma première jet d’encre, puis un Mac LCIII, puis un PowerMac 4400, puis un iMac Bondiblue, puis un iMac Snow, puis un PowerMac G4 MDD, puis un iMac 24p IntelCore.

5-      -  D’après ce que j’ai lu donc dans ce fameux Tilt nº 26, tu étais un grand fan du commodore 64 ?

C’est clair, je passais beaucoup de temps avec lui. D’autres amis en possédaient un, et nous organisions des tournois entre nous, c’était grandiose et on avait l’impression de pouvoir tout faire avec cette bécane, et quelque part c’était vrai, bien entendu ! À noter que les filles, à l’époque, ne s’y intéressaient pas vraiment…

6-      – As-tu une petite anecdote à nous raconter sur cette aventure avec Tilt Magazine ?

C’était la première fois que je voyais mon nom et ma prose imprimées dans une revue, la surprise était plutôt agréable, j’avais envoyé ce petit montage de mes jeux favoris sans trop rien en attendre, sauf évidemment le désir de partager ma passion.

7-      - T’arrive-t-il de jouer encore aujourd’hui ? (si oui peux-tu développer un peu en citant les jeux ou consoles, ordinateurs et autres auxquels tu joues)

Bien sûr, rien de mieux qu’une partie de Gyruss ou de 1942 pour se détendre après une journée de travail ! J’utilise l’émulation pour profiter de ces classiques, en MAME principalement. J’ai déjà essayé d’émuler le C64, mais c’est moins convaincant… Sur le Mac, je joue également à des jeux comme Postal 2, ça défoule... J’aime également faire des sudoku en ligne, ou des jeux de lettres comme le « Gromo » de Roland Moreno, également en ligne via le site de Libération.

8-      - Peut-on avoir espoir de voir un jour naître un roman sur le monde du jeu vidéo ?

Je ne suis plus vraiment en phase avec les pratiques de ce milieu, mais à ma façon j’ai déjà évoqué le jeu vidéo dans mes romans, qui se lisent comme des aventures visuelles et où le lecteur a une part très active, car je ne le prend pas pour un imbécile en lui mâchant tout le boulot ! Quelque part, mon lecteur idéal doit être un «  bon joueur »…

9-      – encore une fois merci pour cette interview, un petit mot de fin pour nos lecteurs ?

Prepare to qualify... 

10-   – Merci Christophe.

Entre dinosaures de l’ère des jeux vidéo, c’était la moindre des choses.

Voila, je tiens vraiment à remercier Christophe pour son extrême amabilité, n’hésitez pas à allez faire un tour sur sa page web, c’est plein de bonnes choses : http://spielberger.free.fr